Etat de l’évolution des droits des femmes au Burkina Faso

Cet article est un bref aperçu de l’histoire des droits des femmes au Burkina Faso. Comment à évoluer la situation juridique de la femme ? Cette évolution peut s’observer sur trois périodes : la période précoloniale, la colonisation et celle postcoloniale.

27 Juil 2016 30307 Commentaires
(0 Votes)
 

Pendant la période précoloniale, ce sont les us et coutumes qui définissaient le statut juridique des femmes. Cette période est l’inverse de celle que connaissent les femmes en 2016 : les droits politiques des femmes étaient plus affirmés et le leadership reconnu et salué, les cas de la Princesse YENNEGA et de GUIBI Ouattara illustre bien cet état de fait. Par contre les droits économiques étaient moins favorables, car le droit de succession et le droit de propriété foncière étaient méconnus.

Sous la colonisation et en ce qui concerne les droits civique et politique, L’accès au suffrage restait limité, pour les deux sexes, du fait de l’existence du double collège, sauf au Sénégal.  Le parlement français se contentait d’élargir le corps électoral en 1947 et 1951. Cette dernière mesure mentionnait spécifiquement une catégorie de femmes, à savoir « les mères de deux enfants vivants ou morts pour la France » : c’est donc leur qualité de reproductrices qui leur valait ce privilège, touchant théoriquement la majorité des femmes d’Afrique. A cette période, le statut juridique de la femme burkinabè était le même que celui des femmes des autres colonies françaises.

Enfin, après l’accession à la souveraineté internationale, Le Burkina Faso a ratifié plusieurs conventions internationales et régionales, mais celles-ci ne traitaient pas de façon spécifique la cause des femmes. A ce titre, nous pouvons citer la déclaration universelle des droits de l’homme, le pacte international sur les droits civil et politiques ainsi que la charte africaine des droits de l’homme et des peuples. Des conventions spécifiques aux femmes, comme la convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard de la femme viendront étoffer le corpus existant. C’est en septembre 2006 que le protocole de la charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme sera ratifié. Cette dernière convention régionale, spécifique à l’Afrique, peut être considérée comme celle qui résume l’ensemble des préoccupations des femmes africaines, relativement à leur éducation, santé, leur bien-être social, économique et politique. Mais bien avant cette date, le combat pour l’émancipation des femmes avait déjà commencé. La période révolutionnaire a été celle qui a le plus contribuée à l’émergence d’une conscience collective vis-à-vis de la condition de la femme. Un ministère de l’action féminine sera créé ainsi que l’union nationale des femmes du Burkina Faso. On assistera à une entrée timide mais remarquable de plusieurs femmes dans le gouvernement. Malheureusement, la période révolutionnaire, malgré son mérité était une période d’exception et si la volonté politique d’aider les femmes à s’émanciper existait en acte, le droit cependant leur faisait défaut.

La constitution du 02 juin 1992 marque l’avènement de la quatrième république et le retour à l’état de droit ; cette constitution dans son préambule réaffirme l’attachement du Burkina Faso aux valeurs universelles des droits de l’homme.

Les gouvernements successifs vont manifester une volonté politique de prendre en compte les femmes dans la gestion des affaires publiques par une augmentation progressive du nombre de femme dans le gouvernement, la nomination des femmes à de haute fonction. Le gouvernement a poursuivi ses efforts à travers l’adoption d’une loi spécifique contre les mutilations génitales féminine en 1996, l’adoption d’une politique nationale genre en 2009 et l’adoption de la loi sur le quota genre en 2010.

Quel bilan peut-on établir en 2016 ? Si l’arsenal juridique s’est renforcé au fil des années après la colonisation, cependant la condition de la femme n’a pas beaucoup évolué sur le plan politique. A l’issue des élections de novembre 2015, seules 12 femmes ont réussi à se faire élire à l’assemblée nationale soit 9,45% et 7 nommées au Gouvernement, soit 24,13%. Ces chiffres en disent long sur la mise en œuvre et l’effectivité des acquis normatifs et quelle orientation devrait être donnée à la célébration du 8 mars. En conclusion, on peut remarquer que le chemin est encore long, la victoire permanemment recherchée est de mise et par conséquent, la fête reportée à plus tard.

Dernière modification le mardi, 16 août 2016 12:28

30307 Commentaires

  • Ulrich 23 avril 2017

    We are a group of volunteers and opening a brand new scheme in our community.
    Your web site provided us with valuable info to work on. You have done a formidable activity and our entire neighborhood shall be thankful to you.

  • Wilfredo 23 avril 2017

    If some one desires expert view about blogging afterward i propose
    him/her to visit this web site, Keep up the nice work.

  • Doris 23 avril 2017

    Hey! Someone in my Facebook group shared this site with us
    so I came to give it a look. I'm definitely loving the information. I'm book-marking and will be tweeting this to my followers!
    Wonderful blog and terrific design.

  • Jann 23 avril 2017

    Greetings! Very helpful advice within this article! It's the little changes which will make
    the biggest changes. Thanks for sharing!

  • Dorie 23 avril 2017

    Nice post. I used to be checking constantly this weblog and I'm inspired!
    Very useful information specially the ultimate
    section :) I deal with such information much.
    I used to be looking for this certain information for a long time.

    Thank you and good luck.

  • Robt 23 avril 2017

    This is my first time pay a visit at here and i am genuinely happy to read all
    at one place.

  • Valentina 23 avril 2017

    Every weekend i used to go to see this website, as
    i wish for enjoyment, since this this website conations truly nice funny data too.

  • Horace 23 avril 2017

    Hello there, There's no doubt that your web site could be having browser compatibility problems.
    When I look at your blog in Safari, it looks fine
    however, if opening in I.E., it has some overlapping issues.
    I merely wanted to give you a quick heads up! Apart from
    that, great blog!

  • Jefferson 23 avril 2017

    I want to to thank you for this fantastic read!! I absolutely loved every little bit of it.
    I have got you bookmarked to check out new stuff you post…

  • Dianna 23 avril 2017

    Link exchange is nothing else but it is simply placing the other person's weblog link on your page at proper place and other person will also
    do similar in support of you.

Laissez un commentaire

Newslatters

Souscrivez vous et soyez informés sur :

  • Nos activités
  • Nos actualités
  • Nos publications
  • les info sur toutes nos actions

Nos contacts

09 BP 383 Ouagadougou - secteur 42, Armt 10
Bureau : (00226) 50 40 21 66
Presidente : ( 00226) 70 26 26 07 et 50 38 47
SG :( 00226) 70 26 97 14
Coordonnateur :( 00226) 70 29 22 33